× Image affichée en plein écran
Menu Home
Top

L'HISTOIRE DU «BOIS FACILE»

Buffet deux corps facile à construire. Il a servi de publicité aux Ateliers de Baumaresque.

La Scie Sauteuse

Je repense souvent à ce jour des années '90 où je me suis offert une scie sauteuse «Bosch» : mon premier outil électro portatif après ma perceuse «Black & Decker». Je me souviens parfaitement que je n'en avais pas le besoin mais il me se semblait avoir entendu que cet outil permettait de fantastiques réalisations...

De retour à la maison avec mon achat impulsif sous le bras je m'empresse de l'utiliser... mais sur quoi ? Je tombe sur une planche de palette, et, effectivement je constate que l'outil coupe avec efficacité.

Quel dommage qu'à l'époque je n'aie pas eu l'idée de faire des meubles en bois de palette.

Que faire maintenant ? Comment faire quelque chose d'utile ?

Je mes suis alors jeté vers la documentation technique que j'avais sous la main : un livre sur la menuiserie, quelques numéros de «Système D»...

Quelle déception : je m'aperçois que ce n'est pas simple que ça, même fort complexe. On n'y parle que plans, fiches de débit, rabot, ciseau à bois, précision, tenon, mortaise, dégauchisseuse, machine à bois, défonceuse, atelier, gabarit, longues heures de travail...

Je découvre aussi que les articles des revues de bricolage intitulés «Tel ou tel meuble à faire soi-même» ne tiennent pas leur promesse : les explications sont incomplètes, les points délicats passés sous silence... Il s'agit en fait de faire rêver le lecteur pour qu'il achète un journal dont la vraie raison d'être est de diffuser la publicité, pas d'aider le lecteur...

Aujourd'hui c'est encore plus flagrant avec Internet. La plupart des sites cherchent plus à attirer des visiteurs pour générer des revenus publicitaires qu'à les aider.

Bref, je me dis alors que faire un meuble soi-même est franchement hors de ma portée .

D'abord parce que je manque de temps et aussi parce que je n'ai ni l'atelier super organisé ni l'outillage sophistiqué qui sont présentés comme indispensables.

Quelle frustration ! Il ne me reste qu'à ranger ma scie sauteuse toute neuve. Elle ne servira jamais...

Des livres pour réussir

C'est cette expérience toujours présente à mon esprit, qui me guide quand je rédige mes livres de bricolage facile. Ils sont vraiment écrits pour que le lecteur puisse réussir.

L'outillage y est volontairement limité (des outils simples accessibles au bricoleur), le temps d'exécution du projet est compatible avec les loisirs (fini dans le week-end), les explications sont détaillées et insistent sur les points délicats...

En savoir plus

La découverte

Bibliothèque facile à construire soi-même Lits superposés faciles à faire soi-même Un meuble adapté aux CDs et à la platine vinyl

C'est en 1991 que j'ai découvert par hasard cette technique de construction de meubles qui repose essentiellement sur des planches (les «voliges»), une colle (le «Sikaflex») et des vis (les «vis à placo»).

Ma compagne m'avait demandé de lui fabriquer un meuble de cuisine en planches selon les instructions d'une revue de décoration (la regrettée «100 Idées»).

Je n'avais à l'époque aucune notion de menuiserie (c'est encore et toujours le cas !) informaticien, je ne connaissais rien au bricolage. Je m'étais bien offert quelques outils (la perceuse, puis la scie sauteuse dont il est question ci-dessus) mail ils dormaient d'un sommeil paisible sur les étagères de la cave.

Je n'étais guère enchanté d'attaquer ce chantier, qui me paraissait voué à l'échec :

  • D'abord ceux des clous qui voudraient bien s'enfoncer droit allaient à coup sûr fendre le bois.
  • Ensuite le fragile assemblage, ébranlé par les coups de marteau, allait certainement se déclouer d'un bord tandis que j'en serai à finir l'autre côté.
  • Pour couronner le tout, le jour entre les planches, inévitable, serait évidemment du plus mauvais effet.

Par chance je disposais de restes du chantier de la maison : des vis à placo et cette colle souple utilisée pour coller les tuiles du toit. La scie sauteuse me permettrait de faire les découpes arrondies de la décoration du meuble, et... j'avais envie d'expérimenter l'utilisation en visseuse de ma perceuse sur secteur.

Comme les voliges étaient disponibles à peu de frais (environ 5€/m²) chez le marchand de matériaux voisin j'ai m'en procurer largement assez pour ne pas craindre de manquer.

Une réussite inespérée

En fait les vis se sont révélées faciles à poser. Avec la perceuse l'opération était même amusante. Les vis faisaient office de serre-joint le temps de la prise de la colle, ce qui permet d'avancer le meuble sans jamais avoir à attendre.

Heureuse surprise, car dans les articles que j'avais pu consulter on devait à chaque assemblage mettre des serre-joints et attendre le lendemain que la colle sèche pour continuer.

Quant à la scie sauteuse, elle fit merveille pour découper les planches comme pour chantourner les décorations arrondies du modèle proposé.

Le ponçage à la perceuse équipée d'un plateau était suffisant pour retirer les picots du bois.

Je terminais sur une excellente surprise : l'aspect de palissade avec les interstices entre les planches et les trous des nœuds qui avaient sautés ne nuisait absolument pas à l'esthétique du meuble, bien au contraire elle lui donnait du charme !.

Et surtout, fait extraordinaire : la «cliente» était enchantée !

Bref, une réussite dans le week-end... avec peu d'efforts, pour un budget infime... et sans rien connaître au travail du bois.

Expérimentation et développement

Je n'en suis évidemment pas resté là et les années qui suivirent furent l'occasion d'expérimenter encore, autant pour le plaisir du bricolage et de la décoration que pour répondre aux besoins d'un famille nombreuse.

Pendant une période j'ai essayé de faire des meubles à partir de panneaux de particules découpés sur mesure. Le résultat n'était pas au rendez-vous. Les meubles étaient dépourvus de charme, le bricolage peu créatif, le meuble était lourd, tant en poids qu'en budget d'ailleurs. Bref autant aller chez «But» ou «Ikéa».

Ma production s'est accélérée en 2000. À la suite d'une séparation, j'ai du me remeubler entièrement pour accueillir mes quatre enfants dans un nouveau logement.

Je me souviens avoir réussi à faire une grande table de 2m de long, une paire de bancs assortis et quatre lits superposés dans le week-end.

En savoir plus

Les «Ateliers de Baumaresque»

Les «Ateliers de Baumaresque» sont nés en 2003 de ma rencontre avec Valérie.

Celle-ci a su détecter le potentiel et l'intérêt de ce que j'avais inventé sans m'en rendre compte, et elle disposait des indispensables compétences en gestion d'entreprise pour monter une structure.

Il s'agissait alors d'une affaire menée en couple. Je m'occupait de la technique des meubles et de former les stagiaires, tandis qu'elle gérait l'association, montait les premiers sites internets, assurait la promotion des stages, rédigeait les premiers livres et accueillait les stagiaires, prenait les photos...

C'est par le site internet original des «Ateliers de Baumaresque» : www.StageMeuble.com que plusieurs centaines de personnes sont venues suivre un stage pour venir fabriquer leurs propres meubles... et repartir avec.

Le «Bois Facile»

Le concept du «Bois Facile» à pris naissance en 2011. Plus représentatif de la méthode qui s'est améliorée au fil des années, il met l'accent sur les livres pour être accessible à encore plus de personnes.

Les stages, toujours assurés par moi-même sont désormais organisés par l'association «L'Atelier du Bois Facile».

Le domaine d'activité s'est élargi vers l'écologie, l'habitat alternatif, l'auto-construction et les petits bâtiments.

En savoir plus :